Nicolás Zepeda: l’ex qui ne lâche pas

Salut tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que le début d’année se passe bien pour vous malgré les circonstances (le froid, la grève, vos nouvelles résolutions qui partent probablement en cacahuètes…). Aujourd’hui je vous amène une affaire qui concerne plusieurs pays et un problème bien familier: un ex taré qui ne lâche pas l’affaire. Mesdames, messieurs, et tout le monde entre les deux, je vous présente l’affaire Nicolás Zepeda !

Narumi

Narumi Kurosaki (Source: JDD)
Narumi Kurosaki (Source:JDD)

Narumi Kurosaki est née le 23 juillet 1995 à Tokyo. Ses parents sont séparés, et elle vit avec sa mère, Taeko, et ses deux sœurs, Honami et Kurumi. Face aux difficultés financières de sa famille, elle n’hésite pas à travailler en plus de ses études. À 21 ans, en 2016, elle arrivera en France et commencera à étudier au Centre de Linguistique Appliquée de Besançon, avec l’intention de s’inscrire à la fac. Elle est très joviale, très ouverte. Elle aussi très intelligente, et reçoit plusieurs bourses d’études, dont elle envoie une partie à sa mère pour l’aider.

Nicolás

Nicolás Zepeda (Source: L’Est Républicain)

Nicolás Humberto Zepeda Contreras est né le 11 décembre 1990 à Santiago, au Chili. Son père, Humberto Zepeda, est un cadre de l’opérateur de téléphonie mobile Movistar. Sa mère, Ana Luz Contreras, est la secrétaire du sénateur Francisco Huenchmilla et travaille pour le service RH de la municipalité de La Serena. Il a 2 sœurs jumelles, Belén et Josefa. Il étudie les sciences de gestion à l’université du Chili et en 2014, il part poursuivre ses études au Japon, où il rencontre Narumi.

Une relation tumultueuse

Narumi et Nicolás (Source: France 3 Régions)

Les deux entament une relation amoureuse en février 2015, et rencontrent même leurs familles respectives. Cependant, Nicolás devient rapidement possessif, et cherche à éloigner Narumi de sa famille, s’attendant à ce qu’elle lui donne la priorité sur tout. Nicolás quitte le Japon à la fin de l’année universitaire mais y retourne en 2016 pour y chercher du travail.

Le 5 septembre, alors que Nicolás lui demande de supprimer certains de ses amis Facbeook, Narumi lui dit qu’elle ne supprimera jamais Arthur Del Piccolo, son nouveau petit-ami qu’elle a rencontré en arrivant en France. Le 7 septembre, Nicolás met une vidéo en ligne où il dit qu’il devra punir Narumi si elle ne respecte pas certaines “conditions”. Et oui, le petit prince n’est pas content.

Narumi met fin à leur relation peu après son arrivée en France (le 6 octobre 2016 selon Nicolás). Il est alors pris en charge par un centre spécialisé pour troubles du comportement au Chili, mais pas assez longtemps apparemment.

Un long voyage pour Nicolás…et Narumi

Nicolás arrive à l’aéroport de Genève le 29 novembre 2016. Le lendemain, il va jusqu’à Dijon, où il récupère une voiture de location. Le jeudi 1er décembre, toujours à Dijon, il se rend dans un Carrefour et achète un bidon de 5 litres de combustible pour chauffage, une boîte d’allumettes et un pulvérisateur de détergent au chlore. Il passe ensuite une demi-journée dans la forêt de Chaux, à l’est de Dole. Entre le 1er et le 4, il fait chaque jour l’aller-retour vers Besançon: les antennes GPS le placent plusieurs fois près du CLA et de la résidence universitaire de Narumi. Le vendredi 2 décembre, il est repéré à l’intérieur de la résidence universitaire par 2 étudiantes, avec qui il échange quelques mots.

Dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, vers 3h20 du matin, une quinzaine d’étudiants sont réveillés par des cris et des bruits sourds. Le lendemain, Narumi, d’ordinaire assidue, n’est pas présente en cours. Le soir même, Arthur et d’autres amis de Narumi vont toquer à sa porte, et Arthur reçoit à ce moment-là un message lui demandant de la laisser tranquille.

Du côté de Nicolás, sa voiture est stationnée devant la résidence universitaire à partir du 4 décembre, et ne se remet en mouvement que le 6 à 4h23 du matin. Entre 5h55 à 7h44, le traqueur de la voiture place celle-ci dans la forêt de Chaux, que Nicolás avait déjà explorée avant. Il ramène la voiture de location à Dijon le 7 décembre. La voiture est couverte de boue, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Ensuite, il se rend à Barcelone, où il passe quelques jours chez son cousin Juan. Ce dernier expliquera que Nicolás ne lui a pas parlé d’une rencontre avec Narumi, de qui il parle d’ailleurs au passé. Nicolás lui pose aussi des questions sur la mort par asphyxie. Le lundi 12 décembre, il prend un avion et retourne à Santiago.

Dans les jours qui suivent la disparition, la famille et les amis de Narumi reçoivent des messages d’elle disant qu’elle a un problème de passeport et qu’elle doit se rendre au consulat du Japon à Lyon. D’ailleurs, sa carte bancaire est utilisée le 6 décembre pour acheter un billet de train Besançon-Lyon, mais personne ne la verra dans le train. De plus, Narumi ne dépend pas du consulat de Lyon mais de celui de Strasbourg. Les jours suivants, ses proches reçoivent d’autres messages disant qu’elle est partie avec un nouveau petit-ami. Les connexions au compte Facebook de Narumi s’arrêtent le 13 décembre, un jour après le retour de Nicolás Zepeda au Chili.

Le bras de fer judiciaire

Le 14 décembre, le CLA de Besançon alerte la police. Cette dernière fouille la chambre de Narumi le lendemain. La chambre est parfaitement rangée, alors que Narumi est une personne plutôt désordonnée. Son manteau, son ordinateur portable et son portefeuille sont là, mais il manque une couverture, une valise, son passeport et son téléphone. Des empreintes et traces ADN, qui seront plus tard attribuées à Nicolás, sont retrouvées sur une tasse, une bouteille d’eau, un t-shirt, les murs, le sol de la salle de bains et le rebord du lavabo. La police suspecte d’abord Arthur, qui leur parle alors de Nicolás. Il le décrit comme jaloux, possessif, et dit qu’il a déjà piraté le compte Facebook de Narumi pour supprimer certains de ses amis masculins. Cette piste devient crédible lorsque les enquêteurs découvrent que dans la soirée du dimanche 4 décembre, Narumi et Nicolás ont dîné ensemble dans un restaurant et Nicolás l’a raccompagnée à sa résidence.

Le lundi 26 décembre, un mandat d’arrêt international est émis contre Nicolás.

Le 30 décembre 2016, Nicolás se présente spontanément à la police judiciaire chilienne. Il explique qu’il a rencontré Narumi par hasard, qu’ils ont dîné ensemble et qu’à la demande de Narumi, ils sont retournés à sa chambre pour avoir des relations sexuelles intenses qui expliqueraient les cris que les étudiants ont entendu dans la nuit. Après cela, Narumi, se sentant coupable d’avoir trompé Arthur, lui a demandé de partir. Selon lui, il a perdu son portable en sortant et a fini par sortir par la sortie de secours (où il n’y a pas de caméras) en le cherchant.

Le 25 janvier 2017, le ministère de la Justice français demande l’arrestation provisoire de Nicolás ainsi que son extradition. Le 3 février, la Cour suprême du Chili, pays peu adepte de l’extradition, refuse en citant un manque de preuves, et prononce plutôt 2 mois d’interdiction de sortie du territoire. Nicolás comparaît devant la justice chilienne le 14 février et clame son innocence.

Après cela, plusieurs discussions ont lieu entre les autorités françaises, chiliennes et japonaises.

Début 2019, le dossier d’instruction est traduit et envoyé aux autorités chiliennes. À la suite d’une demande d’entraide internationale, une délégation française se rend à Santiago le 16 avril pour assister à l’interrogatoire de Nicolás, qui a lieu le mercredi 18 avril et durant lequel il fait valoir son droit au silence. 

Le 18 mai 2020, la Cour suprême du Chili autorise l’extradition de Nicolás vers la France. Il arrive le 24 juillet et est immédiatement mis en examen et placé en détention provisoire.

Le procès

Nicolás Zepeda à son procès (Source: L’Est Républicain)

Le procès de Nicolás Zepeda commence le 29 mars 2022 à la Cour d’assises de Besançon. Le dispositif est important: 6 interprètes, rediffusion dans plusieurs salles d’audience, témoignages en visio, tout est à grande échelle. Nicolás est défendu par Jacqueline Laffont, qui a notamment défendu Nicolas Sarkozy, Alexandre Benalla et Nicolas Hulot. Les débats sont dirigés par Matthieu Husson, qui a officié dans l’affaire Daval.

Pendant son procès, Nicolás alterne entre l’impassibilité totale et les larmes de crocodile. Les experts évoquent une personnalité manipulatrice et un déficit émotionnel. 

Le 12 avril 2022, Nicolás est condamné à 28 ans de prison. Face à ce verdict, il reste impassible. Il interjette appel. Son second procès aura lieu à partir du 21 février 2023.

Des recherches ont été effectuées en janvier, avril et décembre 2017 pour retrouver le corps de Narumi. Au total, plus de 1500 heures de recherche sont réalisées entre décembre 2016 et juillet 2018. Malheureusement, le corps de Narumi n’a toujours pas été retrouvé.

Malheureusement, c’est là que s’arrête cette affaire pour l’instant. Espérons que Nicolás fasse quelques révélations utiles durant son procès en appel. Je vous tiendrai au courant en tout cas. En attendant, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous avez pensé de cette affaire, et si vous voulez que je traite une affaire en particulier. Si vous en voulez plus de ma part, vous pouvez écouter mon podcast disponible sur toutes les plateformes, et si vous aimez ce que je fais, vous pouvez faire un petit don pour que j’améliore mon contenu. Sur ce, je vous dis à la prochaine les petits loulous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :