Florence Rey et Audry Maupin: les anarchistes

Bonjour tout le monde, j’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui, on va parler d’un couple, principalement parce que ça fait un moment que je n’ai pas parlé de couple et ça me manque un peu, et aussi parce que cette paire de détraqués a tué au nom d’idéaux politiques, et on voit pas souvent ce genre de choses. Bon, trêve de tournage autour du pot: je vous présente le couple Rey-Maupin.

Deux enfances très différentes

Florence Rey est née le 27 août 1975, et a grandi à Argenteuil. C’est une gamine discrète, bonne élève et bien sous tous rapports. On pourrait penser que se famille est tout ce qu’il y a de plus ordinaire, mais comme souvent dans les affaires criminelles, il n’en est rien.

La vie de famille des Rey est centrée autour de la schizophrénie du père, à qui on n’ose même pas dire qu’il est malade. Il faut marcher sur la pointe des pieds, chuchoter et regarder la télé au volume le plus bas possible, sous peine de réveiller les voix dans la tête du daron. Et comme vous devez vous en douter, devoir en permanence se comporter dans sa maison comme si on était en train de cambrioler cette dernière, ce n’est pas exactement une garantie d’épanouissement personnel.

Florence Rey

Audry Maupin est né le 20 avril 1972 à Houilles, et grandit à Bezons. Sa famille est normale, il est normal, tout est normal. Audry est un garçon sans histoire, passionné d’escalade et d’écologie. Après le lycée, il choisit d’étudier la philosophie à la fac de Nanterre, et c’est là que les choses vont commencer à déraper. En effet, c’est à la fac de Nanterre que Audry découvre le syndicat anarchiste et d’autres mouvances d’extrême-gauche, auxquels il va de plus en plus adhérer.

Audry Maupin

L’amour au premier cocktail molotov

Audry et Florence se rencontre en 1993, et direct c’est l’étincelle. Les deux deviennent immédiatement inséparables, et Florence suit Audry partout, même si cela implique d’aller grimper une montagne alors qu’elle n’a jamais fait d’escalade de sa vie.

Elle le rejoint autant dans ses idéaux politiques que dans ses activités sportives, et ils fondent ensemble l’OPR, l’Organisation de Propagande Révolutionnaire, dont ils seront les deux seuls membres. Ils participent à beaucoup de manifestations contre le CIP, le SMIC jeune qu’essaie d’imposer Balladur, et Audry espère que ces manifestations sont le début d’une révolution. Cependant, les manifestations s’arrêtent lorsque Balladur abandonne son projet de CIP, provoquant chez lui une grande déception. Il se met alors à traîner avec des groupuscules d’extrême-gauche et à se mettre dans des bourbiers de plus en plus sombre, et Florence le suit, évidemment.

Manifestation contre le CIP

Le plan parfait…ou presque

Au bout de quelques mois, Audry se met en tête de commettre une série de braquages pour financer un je ne sais quoi anarchiste et provoquer le chaos dans la région parisienne. Florence le suit dans ce plan foireux car, comme elle le dira plus tard, elle ne veut pas qu’il risque sa vie sans elle. Wahou, on dirait trop Roméo et Juliette…

Bref, en mai 1994 ils rencontrent Abdelhakim Dekhar, dit Toumi, dans une réunion d’anarchistes auxquels ils participent, et celui-ci accepte de leur filer un fusil. Florence achète le deuxième. Ils s’entraîne au tir dans le squat où ils vivent à Nanterre, et prépare leur plan de domination de la Petite Couronne, sans se douter une seule seconde que leur plan va virer au drame presque immédiatement. Fin septembre 1994, le couple décide qu’il est prêt.

Le grand jour, la grande tragédie

Le 4 octobre 1994, vers 21h25, le couple escalade la grille de la préfourrière de Pantin et prennent en otage les policiers qui s’y trouvent. Florence et Audry les menottent, leur prennent les armes de poing qu’ils ont sur eux, et les aspergent de lacrymo avant de prendre la fuite.

Ils arrêtent le taxi d’Amadou Diallo, et prennent place aux côtés de Georges Monnier, le passager. Audry met son flingue nouvellement acquis sur la tempe d’Amadou, et lui dit: « Emmène-nous à Nation et ne fait pas d’histoires ». Amadou s’exécute.

Le couple demande à Amadou ses papiers d’identité pour pouvoir le retrouver s’il les balance, mais Amadou refuse. Georges Monnier essaie alors de détendre l’atmosphère, mais sans succès.

En arrivant à Nation, Amadou Diallo repère une voiture de police, et prend une décision qui va tout changer. Il entre en collision avec la voiture de police, et en sort en criant « Ils veulent me tuer, ils veulent me tuer ! »

Audry et Florence ne se dégonflent pas, et se mettent directement à tirer sur les policiers, qui répliquent tant bien que mal. Les policiers sont touchés, Amadou est touché, Audry aussi.

Nation après le passage du couple

Ce dernier se rue sur Super5 qui a le malheur de passer à ce moment-là, et Florence le rejoint quelques secondes après. Ils prennent en otage le chauffeur, Jacky Bensimon, et lui ordonnent de rouler vers le bois de Vincennes. Jacky obéit.

À ce point-là du désastre, des renforts de police sont arrivés et prennent la voiture en chasse. Florence et Audry essaient de les éloigner en tirant dessus, blessant deux policiers, mais n’arrêtant pas la course-poursuite.

Alors qu’il se dirige vers le bois de Vincennes, Jacky se rend compte qu’il y a un barrage de police droit devant. Florence lui enfonce alors son fusil dans le bas du dos et lui dit « Si tu t’arrêtes, je te bute ». Heureusement pour lui, Jacky désobéit. Il tire d’un coup son frein à main et arrive à s’éjecter de la voiture juste avant que les policiers ne la crible de balles. Il est touché, Audry aussi, mais Florence est indemne.

C’est la fin de cavale pour le couple d’anarchistes. Florence embrasse une dernière fois Audry avant que les deux ne soient embarqués. Direction l’hôpital pour Audry, direction le 36 quai des Orfèvres pour Florence.

En deux heures de vie criminelle, le constat est dramatique. Quatre personnes ne survivent pas à leur blessures:

  • Amadou Diallo, 49 ans. C’était un immigrant guinéen qui faisait vivre toute sa famille grâce à son taxi. Il laisse 5 enfants derrière lui.
  • Laurent Gérard, 25 ans. Il venait de débuter dans la police.
  • Thierry Maymard, 30 ans, et Guy Jacob, 37 ans. Ils laissent chacun deux enfants derrière eux.

Audry Maupin non plus, ne survit pas à ses blessures, il meurt dans la matinée.

Baston de regards au 36

Florence est à présent la seule à pouvoir expliquer (et assumer) tout ce merdier. Mais elle ne parle tout simplement pas. Il faut 10 heures aux policiers pour lui faire cracher ne serait-ce que son nom.

Florence Rey après son arrestation

L’enquête avance malgré cela, et les fusils utilisés par le couple donnent assez d’informations aux enquêteurs pour qu’il remontent au moins jusqu’à Abdelhakim. Celui nie avoir aidé le couple de son plein gré, et affirme même être un agent secret algérien envoyé en France pour enquêter sur les musulmans intégristes présents dans les groupuscules d’extrême-gauche. Spoiler alert: c’est pas vrai, il prend 4 ans pour association de malfaiteurs, et il commet une fusillade en 2013.

Abdelhakim Dekhar

Audry, toujours Audry

Une fois en préventive, Florence garde le silence autant que possible, même face à ses avocats, au point que je me demande si ça valait vraiment le coup de lui dire qu’elle avait le droit de garder le silence. Tout ce qu’elle fait c’est parler d’Audry, au présent d’ailleurs (pourquoi pas être creepy après tout). Selon elle, Audry était à l’initiative de tout, et elle n’a fait que le suivre par amour. Ouais, mais c’est un peu facile là madame, je connais pas grand-monde qui irait tirer sur des condés par amour. Dois-je vous rappeler d’ailleurs que le couple ne s’était formé que depuis un an à peine ?

Le procès

Le procès de Florence Rey commence le 17 septembre 1998, et elle y est aussi énergique et loquace que d’habitude. Non mais sérieusement, est-ce que quelqu’un a essayé de la secouer ? Perso, je sais que j’aurai tenté depuis un moment.

Florence Rey à son procès

Le procès résume un peu ce qu’on sait déjà, et la seule nouvelle information est que aucune des balles tirées par Florence n’a tué qui que ce soit. Youpi, je présume.

Florence Rey est condamnée le 30 septembre 1998 à 20 ans de réclusion criminelle.

Elle devient quoi, du coup ?

Florence Rey est évidemment une détenue modèle, et obtient toute les remises de peine possibles et imaginables. Elle est ainsi libérée le 2 mai 2009 à l’âge de 34 ans. Elle rejoint Jacques Richard, un réalisateur avec qui elle entretenait une liaison épistolaire en prison, et figurera même dans son film L’orpheline avec en plus un bras en moins (je l’ai pas vu).

Après cette courte carrière dans le cinéma, elle se reconvertit dans l’édition, et mène une vie discrète en demandant à ce qu’on laisse son passé tranquille. Je trouve ça assez culotté, mais bon je ne suis qu’une conasse avec un clavier et de la curiosité morbide.

En bonus, voici un petit audio sur ce qu’est devenu Abdelhakim Dekhar !

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cet article dans les commentaires ou sur Twitter (@ElsaEtc), et si vous voulez faire une suggestion ou un don, tout est dans la homepage. Sur ce, je vous souhaite de ne pas être allergique au pollen, parce que y en a pas mal en ce moment. Allez, salut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :